Musée national d'histoire

Le musée national d'histoire est le plus grand musée en Bulgarie. Il fut créé en 1973 avec pour objectif de conserver le meilleur du patrimoine des terres bulgares de la préhistoire à nos jours. Ses fonds abritent plus de 650 000 objets.

Sa première grande exposition tint lieu en 1984, programmée dans le cadre des célébrations des 1300 ans de la création de l'état bulgare (681). A cette époque et jusqu'à l'an 2000 le musée se trouvait dans le bâtiment de l'actuel Palais de justice de Sofia. Il fut transféré ensuite dans l'ancienne résidence de Todor Jivkov, le premier secrétaire et chef d'état de la Bulgarie communiste, à Boyana, en périphérie de Sofia, au pied de Vitocha.

L'exposition du musée comprend toutes les périodes depuis la préhistoire à nos jours. Au rez-de-chaussée sont organisées les expositions du néolithique au XIXe siècle. A l'étage sont exposés des habits ethnographiques, des tapis, des chambres et pièces d'habitation de la période du Renouveau bulgare.

Du musée national d'histoire dépendent directement :

  • l'église de Boyana (monument classé au patrimoine mondial d'Unesco)
  • le monastère de Zemen (dans la région de Kustendil)
  • l'église dans le village de Dobarsko

Les expositions

Elles sont reparties en 11 salles, en ordre thématique et chronologique. LES SALLES 6 et 7 sont réservées à des expositions temporaires.

Préhistoire

        

La période entre le VIIe et le IIe millénaire avant notre ère (néolithique, chalcolithique, époque de bronze). Ce sont les temps de l'apparition de l'agriculture et de l'élevage de bétail, de la première organisation de la vie humaine en habitats structurés, de l'apparition des cultes religieux (essentiellement consacrés à la Déesse Mère). On peut y voir de nombreuses pièces de céramiques, des figurines anthropomorphiques, des ustensiles, des bijoux primitifs.

 

Période thraco-romaine

        

La salle 2 est dédiée à la civilisation thrace et abrite le vestiges les plus intéressants de cette culture antique. La période s'échelonne entre le VIe siècle avant notre ère au VIe siècle. Elle correspond à l’émergence du plus grand royaume thrace au milieu du Ier millénaire avant notre ère, celui des Odryses. Le visiteur peut voir le trésor de Panagurichté, des armures thraces, de la céramique, des pierres du culte thrace et de nombreux autres objets relatifs aux arts.

Moyen Age bulgare

        

L'exposition commence avec une présentation des Bulgares avant la fondation de leur état en 681, notamment des cartes de leur évolution sur le territoire eurasien et des objets trouvés dans la sépulture du khan Koubrat (632 - 665) de Malaya Perechtepina (aujourd'hui en Ukraine). Les proto-bulgares (comme il est coutume d'appeler les Bulgares de cette époque), menés par le khan Asparouh, s'installent sur le delta du Danube et prennent une portion du territoire entre les Carpates et le Balkan à Byzance. Des colonnes commémoratives avec inscriptions, datées de l'époques des premiers khans, de la céramique, des bijoux, des médaillons sont exposés.

La période suivante présentée dans l'exposition est la christianisation de la Bulgarie en 864. Les éléments constitutifs de l'état bulgare se consolident désormais sous un développement culturel intense, défini par l'histoire comme Le siècle d'or. Entre le IX et le X siècle la Bulgarie devient l'un des états les plus puissants en Europe. La capitale Véliki Preslav devient l'un des centres culturels en Europe de sud-est. Des services de table et de la céramique, des croix, des bijoux, de la céramique décorative, des sceaux des rois bulgares témoignent de cette période. L'occupation de la Bulgarie par Byzance entre 1018 et 1185 instaure les traditions byzantines mais les Bulgares ne tarderont pas à retrouver leurs us.

La dernière partie de cette exposition est consacrée au Second royaume bulgare, entre le XII et le XIV siècles. C'est l'essor de la ville moyenâgeuse et des artisanats, le pouvoir renforcé des despotes et des aristocrates, l'échelle et la puissance de l'église bulgare (les archevêchés d'Ohrid et de Véliko Tarnovo). L'on peut y voir la plus grosse bague en or (61,15 grammes) trouvée en Bulgarie, ayant appartenu au roi Kaloyan (1197-1207) mais aussi d'autres bijoux, parures et monnaies témoignant du savoir-faire artisanal.

 

Période de domination ottomane

        

L'exposition suit la période entre la conquête ottomane de la Bulgarie en 1396 jusqu'à sa libération en 1878. Cette période est généralement divisée en deux : Haut Moyen Age (15-17e siècle) et Renouveau bulgare (18-19e siècle). L'exposition montre de très beaux échantillons de l'art chrétien pendant cette période - des icônes, des couronnes pontificales et autres objets. Le visiteur peut admirer les meilleurs spécimens des écoles picturales de Tchiprovtzi et Ohrid. Un portique entier d'une église du 17 y est exposé, aux fresques magnifiques. Il faut noter que la chrétienté fut le dénominateur commun pour la préservation du peuple et sa survie identitaire durant les 500 ans de domination ottomane.

L'autre partie dans cette salle est consacrée au mouvement révolutionnaire pour la libération de la Bulgarie et ses acteurs principaux Vassil Levski et Hristo Botev. C'est également une période de renaissance pour l'école publique et les activités culturelles.

 

Troisième Royaume bulgare

Cette exposition retrace l'histoire nouvelle pendant la période dite de Troisième royaume bulgare, de 1878 (rétablissement de l'état bulgare) à 1946 (l'advenu du régime communiste et l'instauration d'une république populaire). Plus de 600 objets retracent cette époque et la vie politique et culturelle qui fut la sienne - le vote de la première constitution dite "de Tarnovo" (1879), le choix du premier chef d'état de la Bulgarie libre, le knyaz Alexandre Ier Batemberg (1879); le manifeste de l'Union de la Bulgarie (Principauté de Bulgarie et Roumélie de l'Est, en 1886) et la guerre serbo-bulgare qui s'ensuivit; l'insurrection dite "Préobrajensko-Ilindensko vastanie" de 1903 pour la libération de la Macédoine; la déclaration de la Bulgarie comme royaume indépendant en 1908, les guerres pour l'union nationale, le sauvegarde des Juifs bulgares durant la Seconde guerre mondiale, la participation de la Bulgarie dans la guerre contre l'Allemagne hitlérienne et la proclamation de la république populaire socialiste.

L'exposition met en avant les personnalités de cette période - les monarques bulgares, les politiciens, les savants, les écrivains et toute la société qui a contribué au développement moderne de la Bulgarie.

 

Apollonia Pontica

Ici sont présentées des objets trouvés lors des fouilles archéologiques dans la nécropole de l'antique Apollonia (actuelle Sozopol). Encore au IIe millénaire avant notre ère Sozopol fut habité par des Thraces qui maîtrisaient la navigation maritime, comme en témoigne le grand nombre d'ancres de cette période. A la fin du VIIe siècle des migrants grecs venus de la mer Ionienne fondent Apollonia Pontica. La ville joua un rôle majeur dans les échanges entre les Hellènes et les Thraces, elle était la cité la plus riche sur la côte occidentale de la mer Noire. De nombreuses pièces de céramiques sont exposées dans cette salle.

 

Folklore bulgare

L'exposition présente les grandes dates du calendrier folklorique populaire. Le cycle hivernal est représenté par les rituels autour les fêtes de Noël et du Nouvel An avec la composition des tables festives, des costumes traditionnels, des objets utilisés dans les divers rituels, des costumes pour les jeux de mascarade de Pernik. Le cycle printanier présente les grandes fêtes de Tzvetnitza (Rameaux) et Lazarovden (fêtes de jeunes filles), avec costumes traditionnels et accessoires. Les Pâques orthodoxes (Velikden) sont présentés avec les œufs colorés, le pain tressé (kozounak). Le jour de Saint Georges (Guerguiov-den), célébration importante en Bulgarie, est également présenté.

Le contexte folklorique est appuyé par des habits traditionnels des régions bulgares de la fin du XIXe et le début du XXe siècle - Vratza, Plévén, Tran, Troyan, Stara Zagora, Kustendil, Sliven, Dobroudja, Thrace.

 

Monnaies

Une riche collection de monnaies de toutes les époques, retraçant la dynamique et les échanges des divers occupants de ces terres depuis l'Antiquité, en commençant par les formes d'échange antérieur à l'apparition de la monnaie. La période thrace est très riche et diversifiée - des pièces des différents dynastes thrace, des pièces étrangères témoignant des échanges commerciaux, des imitations de monnaies étrangères à la Thrace (frappées pour répondre à une demande croissante de l'époque).

La période romaine commence entre le II et le Ier siècle avant notre ère (des deniers d'argent), période de conquête des Balkans pour l'empire romain. La monnaie romaine devient officielle et la seule à être utilisée à partir du Ier siècle - des pièces impériales d'or, argent et bronze. Entre le Ier et le IIIe siècle les grandes villes de provinces thrace obtinrent le droit de frapper leur monnaie, d'où une grande variété de pièces.

Les monnaies byzantines sont les plus nombreuses parmi les pièces étrangères en circulation pendant le Moyen Age (VI - XIV siècle). Les souverains bulgares frappèrent leur monnaie à partir de la fin du XIIe siècle, essentiellement des pièces d'argent et de cuivre. L'apogée dans la frappe de monnaie bulgare est atteinte au XIVe siècle chez les rois Mihail Chicheman, Ivan Alexandre, Ivan Sratzimir et Ivan Chicheman.

La période ottomane, outre les monnaies ottomanes, contient beaucoup de pièces issues des pays occidentaux. Les monnaies russes apparaissent en Bulgarie vers le XVIIIe siècle. La grande diversité et les quantité découvertes témoignent des échanges commerciaux actifs dans la période XV-XIX siècle.

 

La maison bulgare pendant le Renouveau

Dans cette salle est reproduit l'intérieur de la salle de réception de la maison dite Yorgova, à Teteven. La maison Yorgova est un bel exemple de l'architecture de la période du Renouveau du 18e siècle. Elle fut la seule rescapée à la suite de l'incendie dévastatrice de Teteven en 1801, lorsque la ville fut attaquée par les bandes des kardjalii.

Atelier de tissage

C'est une exposition d'outils et accessoires liés à la production traditionnelle de tissus - les matières premières, métiers à tisser, outils pour le traitement et le filage de la laine.

 

Accès

Horaires :

Été (avril - octobre) : 09h30 - 18h00
Hiver (novembre - mars) : 09h00 - 17h30

Prix :

Adulte 10 leva
Adulte avec enfants au déla de 7 ans : 3 leva + 1 lev
Étudiants : 1 lev

Billet combiné comprenant la visite de l'Église de Boyana : 12 leva

Droit de prendre des photos : 10 leva

A proximité de Musée national d'histoireDans un rayon de 25 km

Eglise de Boyana

Monastère de Dragalevtzi

Palais National de la Culture